• Life Vs Death

     

    Chaque jour, je te vois porter à tes lèvres, le pain noir de la maladie. Je la tiens à distance comme un soldat, c'est elle qui surprend, c'est vrai, c'est elle qui nous chuchote que l'on ne passe pas assez de temps à s'aimer. Elle doit avoir les mains fraîches, elle libère les mystères.

     


     

     Il te faudra apprendre à ne plus aimer ses caresses, à les chasser. Illuminer une ombre, éviter la morsure. Combattre. Tout ceci ressemble à un songe, un passage étrange où les souvenirs viennent, où les parfums se déposent.

     

    Portrait

     

    Vivre à chaque instant, c'est bien ce que l'on essaie de faire - ensemble. Vivre. J'ai souvent envie de me mettre la tête, pour évacuer sa présence. Je la vomis avec colère, je la vomis.

     

     


     Je suis peu fait pour la reconnaissance, pour Dieu, pour les espoirs qui se dérobent  en rafale. Je veux lui serrer la gorge très fort, je veux m'endormir avec elle pour que tu l'oublis, toi, qui accepte sa présence sans cesse. Elle accompagne ton souffle, je l'entends. Je veux que tu sois un bon marcheur et que l'on voit loin sur le chemin. Je veux que tu continues.

     


     


    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Hervé Flak
    Samedi 4 Juin 2011 à 21:00

    aucun rapport mais le dernier herman dune est pas terrible

    assez déçu ça me donne envie de réécouter les premiers

    à bientôt sur un terrain de foot de la cité phocéenne ! en short !

    2
    Lyonel
    Samedi 4 Juin 2011 à 21:10

    Je ne l'ai pas écouté encore sinon pour le foot, ça ne va pas être possible. Mais je suis actuellement sur Marseille. Pour des bières, ouais.

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :