• Tag musique

    Résultats pour la recherche du tag musique :
  • ...      Aucun album ne m'a accompagné comme celui ci. Frappé par une disparition, je n'écoutais plus rien. La musique m'avait laissé à mes remparts. Mes seules mélodies ont été le souffle du vent dans les frondaisons, les jeux de la pluie dans les gouttières, le ronronnement d'un chat...

    Lire la suite...

  • Journée de printemps, il y a un temps fou... oui... une petite éternité à Marseille. Je revenais paresseusement de la faculté, me promettant de ne jamais devenir professeur. C'était encore l'époque où l'on devait marcher fébrilement jusqu'à son disquaire fétiche. Fébrilement pour savoir...

    Lire la suite...

  • Kissa, Kissa ... il me fallait une musique, une musique pour un amour. Je revenais de mes journées froides et lisses comme l'acier, de mes années de coeur en hiver. Les paupières closes, mon sac à regrets posé lourdement sur les épaules, je vacillais dans une encombrante tristesse. Avril...

    Lire la suite...

  • ...derniers instants, dans une ville qui ne m'était plus si famillière mais plutôt hostile, je vacillais avec la musique de DUBAI. Une angoisse sourde et une force électrique- bleutée comme le souvenir d'un amour mal fichu - transpirent de cette musique. Un groupe à écouter les jours de...

    Lire la suite...

  • ...d’une nuque, l’arrondi d’une épaule. D’où sa fascination pour le muet.   J’ai souvent regardé ses films sans leur son, avec de la musique dessus. Le tout tenait. Bien à l’abri, juste après un Conte du cinéaste, il me plaisait à entendre la musique de Vini Reilly par exemple....

    Lire la suite...

  • ...Pergament. A sa voix. Je voulais savoir ce qu'elle cachait comme secrets, comme illusions. Le passage Pommeraye avait rencontré sa musique et cette rencontre était un rêve flambé de cendres, d'automne, de pluie et de soleil, de jeunes filles brunes au rire éclatant, de Lola, de...

    Lire la suite...

  • J'essayais d'aimer une fille aux cheveux châtains puant l'automne. Je trainais dans la bibliothèque municipale - Stefan George, Rilke, Fante, Pasolini. J'écoutais Jack. Le ciel avait de drôles d'embrasures. Un rose et un bleu mystiques. J'allais encore, avec mes parents, fleurir les tombes....

    Lire la suite...

  • ...rêvait assez souvent. Lui ne parlait pas et il tenait la main de cette jeune femme tristement. Je pensais à la musique que j'écoutais: celle de Jens Lekman et au titre de son album: I Know What Love Isn't. Une pensée redoutable et juste. Une légère amertume, de la joie, un vague parfum de...

    Lire la suite...

  •  Le Miroir. J'ai essayé d'être aimé. Elle, ma Comtesse Othenin d'Haussonville, son reflet, sa sueur acidulée. Je laisse passer les jours, les mois, les années. Vague parfum de glycine, mois de juin, mur de pluie puant de chaleur, je fais une longue marche dans mon souvenir. Le souvenir...

    Lire la suite...

  • Juillet fêtait ses artifices. Quel mois séduisant, Dieu, quel mois séduisant. Il se retrouvait devant le port, il avait avec lui un tas de lettres. De jeunes comoriennes aux longues jambes de nuit traînaient près de l'eau plaquée d'hydrocarbures. Il s'en voulait de son peu de discrétion mais...

    Lire la suite...